forum el bayadh

عزيزي الزائر / عزيزتي الزائرة يرجي التكرم بتسجبل الدخول اذا كنت عضو معنا
او التسجيل ان لم تكن عضو وترغب في الانضمام الي اسرة المنتدي
سنتشرف بتسجيلك
شكرا
ادارة المنتدي

Relation "Algérie-Maroc"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Relation "Algérie-Maroc"

Message  MeD le Mar Avr 02, 2013 6:46 am


Le Soir d'Algérie du 2 Avril 2013
Actualités : CAMPAGNE MEDIATIQUE MAROCAINE CONTRE L’ALGERIE
La mise en garde de Medelci
Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui a animé hier lundi deux forums médiatiques successifs, un passage à la radio et l’animation d’une conférence de presse conjointe avec son homologue bahreïni, s’est étalé sur la relation algéro-marocaine, marquée par les attaques itératives de l’agence MAP et la condamnation au Maroc du jeune Islam. Medelci a avoué que l’ambiance créée par ces deux situations nuit à la relation bilatérale.

Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) -
L’Algérie, a souligné Medelci, n’a pas passé sous silence la campagne acharnée à laquelle s’est livrée l’agence de presse officielle marocaine MAP. «C’est une question que nous avons débattue avec nos frères marocains de manière extrêmement sereine. Nous faisons le constat que l’ambiance qui est créée par ces annonces médiatiques, surtout quand elles sont portées par une agence d’Etat, sont en contradiction avec la volonté politique de ces mêmes Etats d’aller de l’avant, de recouvrer tout ce qu’ils peuvent comme densité et qualité dans leurs relations bilatérales.» Mourad Medelci n’a pas manqué d’établir le lien entre la campagne médiatique orchestrée notamment par la MAP et la visite en Algérie de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU chargé de la question du Sahara occidental, Christopher Ross. Une visite au sujet de laquelle le ministre des Affaires étrangères a dit espérer qu’elle «constituerait une avancée entre les deux protagonistes, le Maroc et le Polisario». La relation diplomatique n’étant pas au mieux entre l’Algérie et le Maroc, le traitement des dossiers communs, notamment ceux entourés de litiges, avance lentement, sinon stagne au point mort. Ainsi en est-il de la réouverture des frontières terrestres entre les deux pays, fermées, il faut le rappeler, depuis 1994. Medelci a affirmé, en effet, que la question n’est pas à l’ordre du jour. C’est bilatéralement que le chemin de la solution doit être trouvé. L’inculpation, puis la condamnation au Maroc du jeune Islam pour agression sexuelle font partie des questions qui ajoutent au délétère de la relation diplomatique entre les deux pays. Prudent, Medelci n’a pas voulu verser dans la polémique. «L’Algérie n’a pas l’intention de remettre en cause la souveraineté de la justice marocaine. C’est à cette dernière de se prononcer. Notre rôle à nous est d’exprimer, de manière constante et substantielle, notre solidarité à ce jeune et à sa famille», a précisé Medelci qui a espéré que le processus d’appel introduit par la défense permettra à la justice marocaine d’établir la vérité. Le ministre des Affaires étrangères a souligné, par ailleurs, qu’il n’ y a pas de quoi en faire une affaire politique.
Admission de l’opposition syrienne à la Ligue arabe : contraire à la charte de l’organisation
Le ministre des Affaires étrangères s’est exprimé sur la crise syrienne, plus précisément sur les derniers développements qui ont vu la Ligue arabe admettre en son sein l’opposition en lieu et place de l’Etat syrien dont la participation a été gelée en 2011. Pour Medelci, les décisions prises par une partie des Syriens seulement auront une durée de vie limitée. «C’est aux Syriens de se décider et toute décision qui pourrait venir d’une partie des Syriens, et seulement de cette partie et encore plus, toute décision qui pourrait venir d’une partie des Syriens lorsqu’elle est influencée par des pressions extérieures risque d’avoir une durée de vie limitée. » Le ministre des Affaires étrangères a en outre expliqué que la charte de la Ligue arabe n’admet pas un membre autre qu’un Etat. Autrement dit, l’octroi du siège pour l’opposition est une violation de ladite charte. Un peu plus tard, lors de sa conférence de presse, Medelci a indiqué que l’Algérie reste fidèle au principe de noningérence dans les affaires d’autrui et qu’elle n’est ni pour le régime ni pour l’opposition syrienne. S’agissant de la Ligue arabe, Medelci a fait savoir qu’un projet de réforme de l’organisation dans la perspective de sa démocratisation est en train d’être maturé. Ce projet, examiné par les experts, sera soumis à l’appréciation des ministres des Affaires étrangères au mois de septembre prochain.
UMA : en phase de normalisation
Mourad Medelci a affirmé que l’UMA est en phase de normalisation de son fonctionnement. Mais il s’est interdit d’avancer une quelconque date pour la tenue du sommet. «Nous sommes dans une phase de normalisation du fonctionnement de l’Union, et par conséquent, il ne fait aucun doute, je ne sais quand le sommet se tiendra. Il ne se tiendra que lorsque toutes les conditions seront réunies», a-t-il indiqué, ajoutant que «nous sommes engagés dans un processus sérieux de préparation d’un sommet, mais nous sommes, également, bien loin, aujourd’hui, de boucler ce qui nous paraît être nécessaire de réunir comme conditions pour que celui-ci soit un succès ». Medelci a aussi reconnu que la tenue du sommet dans la situation actuelle, sécuritaire notamment, est délicate. Il a annoncé, ce disant, la tenue prochaine d’une réunion des ministres de l’Intérieur de l’UMA à Rabat pour débattre de la question de la sécurité.
Otages algériens au Mali : aucune garantie qu’ils soient maintenus en vie
Le ministre des Affaires étrangères a estimé qu’on ne peut pas demander des garanties aux ravisseurs des diplomates algériens à Gao. «Pouvez-vous demander des garanties à ceux qui sont, aujourd’hui, dans la situation de preneurs d’otages ?» s’est-il interrogé, exprimant le souhait que «la raison va l’emporter». Medelci a souligné, en outre, que les otages se sont mis au service du Mali suite à des sacrifices importants. «Ils auraient pu, peutêtre, comme d’autres, revenir dans leurs pays, mais ils avaient préféré rester sur place pour affronter la situation difficile dans laquelle se débattaient les Maliens.» A l’adresse des Maliens, Medelci dit qu’ils «devraient tenir compte, tous, du fait que les Algériens détenus sont des serviteurs de la coopération algéromalienne et qui sont en train, aujourd’hui, dans des conditions très difficiles, de continuer cette mission».
S. A. I




MeD

عدد المساهمات : 225
تاريخ التسجيل : 08/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum